Nicolas Zahar - Election Législative 2017

Comté de Menton - Canton de Tende - Comté de Tende La Brigue - Alpes Maritimes - France

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
SANTE Nicolas Zahar

Santé

Le choix entre plusieurs politiques de santé se présentent à nous; nous devons au préalable:

1 Supprimer les "numerosus closus" des faculté de médecine afin que puisse devenir médecin ceux qui réussissent leurs examens, et non les gagnants de concours biaisés,

2 Généraliser le tiers payant après avoir supprimer toutes les caisses maladies au profit d'une seule; Il serait souhaitable qu'il en soit ainsi de toutes les autres caisses: retraire...

3 Les remboursements des lunettes et des frais dentaires doivent être se rapprocher des réalités des prix effectifs de prestations de base (non de confort) que nous devons faire baisser, en accélérant la concurrence et en trouvant un accord entre mutualistes-assureurs et praticiens. Les prix des prothèses dentaires et visuelles (lunettes) semblent outrageusement décorrélées des réalités et les marges indécentes.

Notre société doit rendre son système de santé plus efficace (disponible, rapide...) pour des raisons de santé publique, de sérénité, de justice, de bonheur et même d'efficacité car les Français doivent profiter des progrès compte tenu des efforts et des dépenses engagées:

- Ou bien on supprime le système des mutuels au profit d'une sécurité sociale (avec un seul régime et un tiers payant généralisé) qui prendrait en charge la totalité (les frais de base, non de confort)

- Il nous faudra alors réformer parallèlement le statut de fonctionnaire (y compris du personnel de santé) pour le rapprocher des contrats de droit privé, et revenir aux 40 heures pour des raisons de justice, d'égalité, confort, d'économie et d'efficacité.

- Ou bien on opte pour un système de privatisation progressive de notre système de santé parallèlement au développement d'un système de santé public là où le privé ne parviendrait pas à remplir sa mission.

Nous devrons sur ce sujet nous prononcer par référendum, comme nous devrons le faire sur tous les sujets capitaux.